A propos

Le riad

Dans la médina construite en pisé, rues et ruelles invitent à se perdre et à pousser les portes de demeures cachées derrière de hauts murs. Une fois que vous aurez franchi celles du musée de l'art culinaire marocain, vous vous retrouverez dans un refuge qui vous fera oublier le bruit et la chaleur de l'extérieur. Ce palais du XVIIIe siècle, qui appartenait à un notable de Marrakech, s'étend sur 5000 m2 et dispose de deux cours intérieures (dont une de plus de 700 m2), pavées de zellige (mosaïque de carreaux en terre cuite émaillée) qui habillent aussi les plinthes et les colonnes. Le centre de la première cour est agrémenté d'une fontaine en marbre de Carrare encadrée de quatre palmiers et de deux somptueux salons avec des hauteurs sous plafond de plus de cinq mètres. Ce palais a été rénové dans les règles de l'art, sans en changer le cachet, en conservant la profusion de zellige, plâtre sculpté et de bois de cèdre zouaké à la main.

Sa vocation

Faire connaître, préserver et transmettre, telles sont les vocations de ce musée. Nous vous invitons à voyager à travers l'histoire du Maroc, les saveurs addictives et les odeurs envoûtantes d'une cuisine à la fois vivante et ancestrale. C'est un lieu de préservation d'un patrimoine immatériel de tradition orale, la cuisine marocaine se transmettant de mère en fille, mais aussi un lieu de transmission puisque vous pourrez y suivre des cours de cuisine et déguster les plats que vous aurez concoctés. Bonne visite et bon appétit !

Les thématiques

Vous pourrez déambuler dans le musée, d'une salle à l'autre, pour découvrir les plats emblématiques de la cuisine marocaine mis en situation sur des étagères et meubles en bois de cèdre ou photographiés et exposés sur de grands panneaux : épices et herbes, salades cuites et crues, soupes, briouates et pastillas, tagines et couscous, pâtisseries et thé. Sont également présentés les trésors qui contribuent à faire du Maroc un pays à l'hospitalité raffinée : vaisselle, plateaux en cuivre ciselé, tables en bois de cèdre, nappes brodées réalisées par des artisans talentueux (potiers, orfèvres, dinandiers, brodeuses). Dans des niches sont exposées les conserves de citrons confits, viande séchée (khlii), olives, poivrons doux, les farines nécessaires à la préparation du pain. Les kanouns servant à la cuisson des tagines sont présentés dans une armoire ancienne où, jadis, on entreposait les fusils. Une salle de projection vidéo propose des films sur la gastronomie marocaine, de la moisson à l'assiette.

Les démonstrations

Vous pourrez également assister à des démonstrations qui vous permettront de mieux comprendre les tours de main d'une cuisine qui se transmet oralement de mère en fille : la fabrication de l'huile d'argan, la cuisson du pain tafarnout, l'art délicat de rouler la semoule pour le couscous, la distillation de fleur d'oranger ou de rose, la cérémonie du thé.